Sus au géant

 

 

Steropes… ce géant cyclope semait la terreur dans le Coerthas central depuis trop longtemps. Les maisons Fortemps et Haillenarte d’Ishgard avaient décidé de se débarrasser de lui une bonne fois pour toute. Elles avaient donc fait appel à des mercenaires venus de tous les horizons. C’est ainsi que les Maîtres du Temps avaient répondu à l’appel en envoyant quelques-uns de leurs meilleurs éléments.

Aksa était là bien sûr, le miqo’te ne pouvait pas laisser passer cette occasion de se distinguer contre un adversaire aussi puissant. Il était accompagné d’Alita Stynheim, l’une de ses plus chères amies. Il prit une grande inspiration d’air froid et souffla doucement. L’excitation qu’il avait senti monter en lui s’apaisa et son esprit s’éclaircit. Il tapa ses pieds sur le sol pour en déloger la neige tassée par de nombreux piétinements.

Il regarda autour de lui, une quarantaine de mercenaires composait le groupe mené par une section de soldats des grandes maisons et d’un officier commandant. Celui-ci, un sylvestre des Fortemps, leva la main pour réclamer le silence. Les conversations moururent peu à peu et chacun porta son regard sur lui. Lorsqu’il parla, sa voix porta jusqu’aux derniers rangs de la troupe.

- Nos éclaireurs nous ont rapporté que Steropes se trouve non loin d’ici. Ce géant est une plaie avide de destruction. Aidez-nous à protéger nos familles ! Aidez-nous à éliminer cette menace ! Combattez vaillamment et vous serez largement récompensés !

Les cris et les acclamations fusèrent autour d’Aksa. La gloire est une bien bonne chose mais la plupart des mercenaires ne se battaient que pour l’or, la meilleure des motivations. La troupe se mit alors en marche dans le silence, le bruit de leurs pas étouffé par la neige omniprésente dans cette région. Personne ne parlait ni même ne semblait respirer, tous retenaient leur souffle en prévision du combat à venir.

Avant le 7ème Fléau, cette région débordait de vie. Depuis lors, tout avait été recouvert d’un voile immaculé et le froid s’était infiltré entre chaque pierre de chaque maison. Les géants, quant à eux, avaient investi l’endroit où était tombé l’un des fragments de Dalamud, la lune rouge dans laquelle avait été confiné Bahamut et de laquelle il s’était libéré il y avait de cela 5 ans.

Le plus fort de ces géants était Steropes. Aussi haut que le plus grand des arbres, il pouvait fendre en deux des rochers aussi gros que lui d’un revers de son énorme massue.

Les soldats ishgardais étaient parfaitement au courant de tout cela et avaient élaboré une stratégie pour venir à bout de cette menace. Elle impliquait notamment l’utilisation d’engins de siège qui avaient été acheminés sur place la veille. La discipline n’était pas forcément la première qualité de ceux-ci mais ils savaient que si leur attaque était brouillonne ils couraient au suicide.

Le commandant leva brusquement le poing en l’air et toute la troupe s’arrêta, ils étaient arrivés à destination. Quelques soldats ishgardais s’affairaient encore sur les derniers préparatifs du plan et le camouflage des machines de siège. Lorsqu’ils eurent fini, ils rejoignirent la troupe.

Ainsi, quelques signes de la main suffirent pour que chacun prenne position. Armes dégainées et sorts prêts à être lancés ils attendirent, alors même que le froid ambiant s’insinuait en eux. Ils savaient que Steropes n’était pas loin.

Au bout de ce qu’il leur paru une éternité, un cri d’alarme retentit loin devant eux, le géant arrivait. Le sol commença à vibrer par intermittence sous les pieds d’Aksa, de plus en plus fort. Il releva la tête et vit apparaître les éclaireurs sylvestres au moment où un cri assourdissant retentissait derrière eux. Un arbre déraciné vola et vint s’abattre juste devant eux, leur coupant la route.

Quelqu’un passa en trombe à côté d’Aksa, Alita s’était élancée vers eux. Elle brandit son épée et poussa un cri. Le géant, qui avait levé sa massue pour frapper, arrêta son geste, tourna la tête vers la guerrière et poussa lui aussi un rugissement avant de s’attaquer à elle.

Elle avait été la seule à bouger car Steropes était trop loin de la surprise qu’ils lui avaient préparée. Elle savait que si elle ne faisait rien les éclaireurs n’auraient aucune chance et qu’elle ne pouvait compter que sur elle-même pour amener le géant là où ils voulaient qu’il soit.

Elle évita le premier coup de massue d’un bon sur le côté et recula en agitant son épée. Les soldats profitèrent de cette diversion pour contourner l’arbre et rejoindre le groupe qui attendait plus loin. La massue de Steropes volait à droite et à gauche sans pouvoir entrer en contact avec Alita. C’était une étrange danse que ces deux-là exécutaient, telle une ménagère chassant une souris à coups de balai. Tout comme la souris, Alita virevoltait autour du géant, le narguant et l’incitant à la suivre.

Les mercenaires retenaient leur souffle alors même que le géant s’approchait. Il y était presque… Alita se mit à courir, avant de rejoindre le groupe elle se retourna. Steropes chargea, chacun de ses pas faisait trembler le sol. Il n’était plus qu’à 5 yalms de sa proie lorsque le sol céda sous lui. Sa jambe gauche s’enfonça dans une fosse piégée camouflée par la neige, le déséquilibrant. Les pieux qui se trouvaient au fond s’enfoncèrent dans son pied.

Furieux et désorienté, le géant essaya d’attraper Alita mais en vain, elle était juste hors de sa portée.

- Scorpions, feu !

Les soldats découvrirent les engins de siège et les carreaux métalliques s’envolèrent vers le géant. L’un d’eux lui traversa l’épaule gauche tandis que l’autre rata son coup et se planta dans sa cuisse droite. Le géant rugit de douleur.

- Archers !

Une pluie de flèches s’abattit sur lui.

- En avant !

Tous s’élancèrent l’arme au clair tandis que les soldats d’Ishgard s’emparaient des chaînes liées aux carreaux et les fixaient fermement dans le sol pour limiter encore plus les mouvements de cette montagne de muscles.

Aksa rejoignit Alita et lui posa une main sur l’épaule.

- Rreprend ton souffle et viens nous aider après.

- Ça ira, je peux me battre sans prrroblème

- Fais attention à toi alors.

Les deux compères se jetèrent dans la mêlée en souriant. Le combat se déroulait bien. Même si son bras armé était libre, les chaînes et les pieux dans son pied limitaient grandement ses mouvements. Du sang coulait de ses blessures et il semblait se fatiguer de plus en plus.

Un éclair sembla passer dans les yeux de Steropes, il saisit la chaîne plantée dans son épaule et tira violemment. L’ancrage au sol céda d’un coup et faucha une dizaine de personnes au passage.

- Tenez bon !

Alita entailla profondément la jambe du géant qui poussa un cri de douleur. Il balança sa main pour se débarrasser de ce moustique à une telle vitesse qu’elle n’eut pas le temps de l’éviter. Elle se prit le coup de plein fouet, s’envola et alla s’écraser contre un rocher quelques mètres plus loin.

- Alita !

Aksa se précipita vers elle. Arrivé près d’elle, il vit qu’elle avait lâchée son bouclier. Son bras gauche formait un angle normalement impossible avec le reste de son corps, du sang avait coulé au coin de sa bouche et elle semblait respirer avec difficulté. Il voulut la toucher mais elle tressaillit sous ses doigts et gémit de douleur.

- Alita rreste avec moi.

- Aksa tu vas bien, je suis contente.

- Tu ne devrais pas parler, tu vas aggraver tes blessures.

Il regarda autour de lui, cherchant désespérément un soigneur mais ils étaient déjà tous occupés à traiter les nombreux blessés. Alita passa une main dans la sienne.

- Ce n’est pas grrrave, dit-elle avec une voix sifflante. Laisse-moi ici.

- Ne dis pas ça !

- Avant d’arriver chez les Maîtres du Temps, je n’avais rien d’autre que les combats pour me sentir vivante. Vous… vous m’avez donné une famille et une maison. Vous m’avez fait connaître des choses dont je ne rêvais même pas. Je suis heureuse, je peux mourir tranquille.

- Alita bats-toi, je refuse de te perdre.

Aksa se releva, attrapa un lalafel non loin et le déposa aux côtés de la miqo’te.

- Toi, rreste-là et occupe-toi d’elle.

- Mais je suis mage noir, pas soigneur.

Aksa l’attrapa par le col et lui lança un regard mauvais.

- Débrouille-toi et tu as intérrêt à ce qu’elle reste en vie jusqu’à ce qu’un soigneur arrive ou je t’embrocherai sur ma lance et te ferai rôtir.

Ne laissant pas le temps au lalafel de répondre, il reprit sa lance et s’élança de nouveau dans la bataille. Le combat fut terrible, Steropes balayait les combattants sans aucune pitié et nombreux furent ceux qui se retrouvèrent dans l’incapacité de continuer à se battre. Mais la troupe était tenace et le géant fini par ployer sous les coups de leurs armes.

Steropes n’avait encore touché terre qu’Aksa revint sur ses pas et retourna voir son amie. Un érudit se trouvait à ses côtés. Sa respiration était plus stable.

- Comment va-t-elle ?

- Ses blessures étaient assez sérieuses mais elle vivra. Elle a juste besoin de se reposer.

- Merrci beaucoup.

Le soigneur se leva et s’éloigna. Aksa, soulagé, pris la main d’Alita dans les siennes.

- Tu devrais prendre plus soin de toi ma belle. Il y a de nombreuses personnes qui seraient tristes si tu disparaissais

Le Manoir d'Aksa a fait peau neuve sur un nouveau site plus beau et avec plus de fonctionnalitées.

Tous les futurs articles et textes seront mis en ligne là-bas.

Rejoignez-moi et continuez à me suivre.