Taureau vs Coeurl (épopée 3.2)

Avec Thancred une fois calmé, nous retournâmes à Ishgard au plus vite. Pour mettre le capitaine général au courant des détails des événements. Bien que perturbé par les nouvelles que nous lui avions apportées, Aymeric n’avait aucunement l’intention de baisser les bras.

Justement, les trois autres cités de l’Alliance éorzéenne avaient l’intention d’organiser des manœuvres militaires conjointes pour souder les liens qui les unissaient. La victoire d’Ishgard lors de cet affrontement amical permettrait de redonner du baume au cœur à la population.

Lucia fut chargée de sélectionner les combattants qui y participeraient parmi les chevaliers du temple et la milice d’Hilda. Des combattants venant de tous horizons montreraient à tous qu’Ishgard est toujours aussi forte et unie. Le Comte de Fortemps approuva l’idée et proposa même qu’Emmanellain participe à l’opération, afin de se racheter des erreurs qu’il avait commise au Nid du faucon.

Après avoir informée Hilda de ce qui allait se passer je me mis à la recherche du jeune frère d’Haurchefant. Je le trouvais au Crosseron précieux à tourner en rond, il s’inquiétait pour Honoroit qui n’avait pas encore repris connaissance. Il était né dans une maison noble et avait vu son destin tout tracé. Mais depuis que l’histoire de la guerre du chant du dragon avait été révélée il ne savait plus qu’elle était sa place. Les déboires au Nid du faucon l’avaient fait grandement réfléchir.

De ce fait, il insista pour aller parler à Aymeric et ainsi prendre sa propre décision à propos des manœuvres. Convaincu par les idéaux du capitaine général, Emmanellain fit une demande officielle pour participer devant son père ému au plus haut point.

Avec lui tous les participants avaient été choisis… ou du moins le croyais-je. Aymeric se tourna vers moi, des étoiles plein les yeux, en parlant d’un ami qui pourrait les rejoindre. Thancred avait donc vu juste. J’acceptais avec plaisir, à la plus grande joie de mon interlocuteur.

Après avoir pris contact avec les autres cité-états, il fut convenu que la manœuvre aurait lieu devant les Portes du jugement et visible de la cité. Le jour venu, Emmanellain me remit une armure aux couleurs de la maison Fortemps et nous nous rendîmes sur place.

Les dirigeants de chaque cité étaient là, accompagnés de leurs meilleurs combattants, un spectacle impressionnant. Nous nous mîmes en position et le combat commença. Un cyclope tenta de bien de jouer le trouble-fête mais Thancred s’occupa de lui et la manœuvre reprit son cours.

Il est dit que durant les guerres les meilleurs combattants cherchent des adversaires à leur mesure. Peut-être est-ce pour cela que Raubahn me défia en combat singulier au milieu de la mêlée. Son rugissement envoya des frissons parcourir tout mon être, je n’avais jamais eu la chance de pouvoir m’entraîner avec lui et c’était l’occasion rêvée. J’ignore s’il vit mon sourire carnassier lorsque je m’avançais à l’intérieur du cercle de flammes qu’il avait généré.

Lorsque le combat fut décidé et que les flammes moururent, je fus le seul à rester encore debout. Les autres combattants se tournèrent vers nous et Aymeric clama la victoire d’Ishgard sur les autres cités-états.

Il n’y avait aucun doute que cette victoire ferait vite le tour d’Ishgard et dissiperait la morosité qui s’était installée.


Aksa

Le Manoir d'Aksa a fait peau neuve sur un nouveau site plus beau et avec plus de fonctionnalitées.

Tous les futurs articles et textes seront mis en ligne là-bas.

Rejoignez-moi et continuez à me suivre.