Promenade à Sharlayan

 

Aksa passa les bras autour de la taille d’Amalah et l’embrassa dans le cou. De là où ils étaient perchés, loin au-dessus du primordial Alexander, la cité abandonnée de Sharlayan s’étendait dans son écrin émeraude. Au-delà de la devise des érudits se trouvait le campement en expansion d’Idyllée. Derrière eux, la grande bibliothèque de Gubal trônait à flanc de montagne, gardienne éternelle du savoir des sages.

- Ma chérrie, n’est-ce pas un paysage magnifique ?

- Oui mon coeurrr, répondit-elle en se blottissant dans les bras de son mari. J’aimerais montrer cette vue à notre fille.

- Elle le verra, nous l’emmènerrons quand elle sera plus grande.

- Si seulement il n’y avait pas tous ces monstres et ces gobelins de la Main indigo, il ferait si bon vivrrre ici.

- Tu n’as qu’un mot à dire et tout ceci sera à toi, je t’offrirai cette région et tout ce qu’elle contient.

Amalah sourit doucement. La perspective était alléchante. Etablir leur famille dans ce cadre garantirait aux enfants présents et à venir un environnement agréable mais ils seraient isolés de la société.

- Je n’ai pas besoin de tout ça. Seulement de mon mari et de notre fille.

- Qu’il en soit donc ainsi.

Ils restèrent silencieux quelques minutes, savourant la chaleur du soleil de l’après-midi.

- Nous devrions rrentrer, Aerith et Menphi nous attendent à Ishgard.

- Tu as raison.

Aksa siffla entre ses doigts et un chocobo qui faisait deux fois sa taille vint se poser à côté d’eux. L’oiseau se coucha pour leur permettre de monter sur son dos, d’abord Amalah puis Aksa. Ils s’envolèrent alors en direction du Coerthas occidental.


Aksa

Le Manoir d'Aksa a fait peau neuve sur un nouveau site plus beau et avec plus de fonctionnalitées.

Tous les futurs articles et textes seront mis en ligne là-bas.

Rejoignez-moi et continuez à me suivre.