Journée de coton

Amalah s’étira avec contentement. La douce chaleur qui régnait sous la couette l’incitait à rester dans son lit. Une senteur inattendue et entêtante  vint lui chatouiller les narines. Elle entrouvrit les yeux, tout semblait en ordre dans la partie de sa chambre qu’elle pouvait voir. Lorsqu’elle prit la couette pour élargir son champ de vision, des choses légères et soyeuses lui tombèrent sur le visage. Elle attrapa l’une d’entre elles et ne put réprimer son étonnement. Que faisaient donc des pétales sur son lit ?

- Ma toute belle, tu es enfin rréveillée.

La voix toute proche finit de la sortir de sa torpeur. Elle tourna la tête vers son mari allongé à ses côtés sur la couette. Il la regardait avec tendresse.

- Chérrri, que fais-tu là ?

- Je regarde dormir ma magnifique épouse, bien sûr. Aujourd’hui est un jour spécial donc je tenais à être la premièrre personne que tu verrais.

Il sortit un bouquet de roses rouge de derrière son dos et le tendit à Amalah.

- Tu y as pensé !

- Comment pourrais-je oublier notre premier anniversairre de mariage ? Aujourd’hui, nous allons faire tout ce que tu voudras, tu seras la seule à te refléter dans mes yeux.

Amalah se redressa dans le lit, prit le bouquet dans ses mains et le huma avec plaisir.

- Allons déjà prrrendre notre petit-déjeuner.

- Ne bouge pas, j’ai tout préparé.

Aksa sauta du lit et alla prendre un plateau chargé d’un bol encore fumant, de tartines et d’un jus de fruit sur une table proche. Il posa le plateau sur les genoux de sa femme puis lui prit le bouquet des mains.

- Je vais les mettre dans un vase, je reviens.

Lorsqu’il réapparut, quelques minutes plus tard, Amalah avait déjà entamé son repas. Il posa le vase sur la table de nuit.

- Tu es contente chérie ? demanda-t-il en s’installant à ses côtés.

- C’est délicieux.

- As-tu commencé à rréfléchir à ce que tu voulais faire aujourd’hui ?

Amalah resta songeuse quelques instants.

- J’aimerais beaucoup un dîner romantique au bord de la mer.

- Dans ce cas, Costa del Sol est tout indiqué. Fini de manger tranquillement, je vais commencer les préparatifs.

Aksa se leva, déposa un baiser sur le front de sa femme et sortit promptement. Quelques heures plus tard, les deux miqo’tes flânaient dans les rues de Limsa Lominsa bras dessus, bras dessous. Ils visitèrent les marchands de la camelotade puis prirent un bateau qui les mena sur la côte est de l’île.

Comme toujours il faisait beau à Costa del Sol. Quelques nuages s’attardaient dans le ciel et une légère brise chatouillait leur peau. Ils se dirigèrent vers le restaurant et prirent place à une table. Le son de l’eau qui venait s’étaler mollement sur le sable en contrebas avait un effet relaxant.

En serveur vint prendre leur commande et ils n’eurent plus qu’à attendre leurs plats.

- Mais qui vois-je ? Aksa Dia et Amalah Pond. Que nous vaut le plaisir de votre venue ?

- Bonsoirr, seigneur Gegeruju. Mon épouse et moi-même sommes venus fêter nos noces de coton.

- Bien, très bien. Cela fait toujours plaisir de voir des couples aussi soudés que vous. Je vais donc vous laisser tranquille.

Sur ces mots, le lalafel s’éloigna à petits pas, suivit de près par sa servante P’ebaloh. Le seigneur Gegeruju avait transformé cette côte inhospitalière en lieu de villégiature. Costa del sol était devenu très populaire parmi les habitants du Thanalan et d’ailleurs.

Après leur repas, les deux miqo’tes descendirent sur la plage, main dans la main, l’eau léchant leurs pieds nus. Ils gardaient le silence, les mots étaient inutiles entre eux. Ils allèrent s’asseoir sous des palmiers et portèrent leur regard au loin, vers le soleil couchant. Le rouge et l’orange se mêlèrent à l’azur du ciel même après que le soleil ait disparu à l’horizon.

- Chérrri, nous devrions peut-être rentrer.

- Restons encore un peu.

A peine Aksa avait-il prononcé ces mots qu’une fusée s’élança dans le ciel et éclata en une gerbe d’étincelles bleues. Une deuxième et une troisième la suivirent, illuminant l’obscurité de mille couleurs. Le miqo’te passa un bras autour de la taille de sa femme.

- Bon anniversaire amour, puisse le destin nous réserver de longues années ensemble.

Amalah sourit et se blottie contre Aksa en regardant les explosions qui s’enchaînaient dans le ciel.


Aksa

Le Manoir d'Aksa a fait peau neuve sur un nouveau site plus beau et avec plus de fonctionnalitées.

Tous les futurs articles et textes seront mis en ligne là-bas.

Rejoignez-moi et continuez à me suivre.