Une histoire de famille (épopée 3.1)

 

 

Après avoir pris quelques jours pour me reposer et pleurer les compagnons tombés au combat, je retournais à Ishgard pour voir si nous avions des nouvelles de nos amis disparus. La piste de F’lhaminn menait à Radz-at-Han, la retrouver n’était plus qu’une question de temps, et les restes brisés des linkperles d’Yda et Papalymo avaient été retrouvés à Ul’dah. Tous les trois étaient en vie, quel soulagement. Nous n’avions encore aucun indice sur Minfillia et Thancred mais l’un des élèves de Baldesion avait proposé de nous aider et devrait bientôt nous rejoindre.

Des affaires plus urgentes réclamaient mon attention. Le Capitaine général m’avait fait mander au palais de l’Ordre du Temple. Les récents événements avaient propulsé sire Aymeric à la tête d’Ishgard et il avait un grand nombre de problèmes sur les bras. La vérité sur leur passé et les machinations de l’Archevêque avaient provoqué des troubles dans la population de la Sainte Cité.

Afin ramener la paix dans l’esprit de chacun, Aymeric avait décidé de mettre un terme définitif à la guerre contre les dragons en prouvant qu’il était possible de s’entendre avec eux. Il nous demandait donc d’accompagner Lucia à l’Annexe Trine pour solliciter une visite diplomatique de Vidofnir.

Nous nous mîmes en route dès nos préparatifs terminés. Un voyage sans encombres nous fit traverser le Coerthas occidental et l’avant-pays dravanien jusqu’à la tour habitée par les dragons. Vidofnir écouta de bonne grâce la requête de Lucia, si c’était pour la paix elle ne voyait pas d’inconvénient à venir elle-même se présenter au peuple d’Ishgard mais elle devait d’abord en parler à son père Hraesvelgr.

Il était temps pour nous de nous séparer. Lucia décidé de rester encore un peu à l’Annexe pour parler avec les dragons avant de retourner à Ishgard. Alphinaud et moi nous rendîmes à Sharlayan pour accueillir ce nouvel allié qui allait nous aider à retrouver nos amis.

Nous retrouvâmes Y’shtola à Idyllée. L’érudite que nous attendions tous n’était autre que Krile, une lalafelle qu’Alphinaud connaissait très bien car ils avaient fréquenté l’école de magie à la même époque. Son côté taquin ne manqua pas de faire monter le rouge aux joues du jeune élézen et de le faire paniquer. Ahah, non ce n’est pas bien de se moquer.

Krile pensait pouvoir nous aider à retrouver la trace éthérée de Thancred, mais pour cela elle avait besoin de l’œil de cristal de maître Matoya. De retour dans la caverne de Matoya et après les « politesses » d’usage entre elle et Y’shtola, nous apprîmes que Krile possédait également le pouvoir de l’écho et qu’elle pouvait utiliser son pouvoir sur l’œil de cristal, qui était en fait un ancien cristal de la lumière, pour retrouver notre ami.


Aksa

Le Manoir d'Aksa a fait peau neuve sur un nouveau site plus beau et avec plus de fonctionnalitées.

Tous les futurs articles et textes seront mis en ligne là-bas.

Rejoignez-moi et continuez à me suivre.