De fourrure et d'écailles (épisode 1)

 

Episode précédent :

De fourrure et d'écailles (prologue)


 

C’était l’automne dans la forêt de Sombrelinceul, le vert omniprésent avait laissé la place aux couleurs flamboyantes de cette saison et les feuilles écarlates avaient commencé à joncher le sol. Toute la nature se préparait à affronter l’hiver.

Un étranger s’approchait d’un manoir perdu au milieu des arbres. Le manteau de voyage qui le recouvrait n’arrivait pas à cacher sa démarche assurée ni la subtile aura de force qui émanait de lui. La capuche qui recouvrait sa tête et la semi-obscurité qui régnait sous les frondaisons en cette fin d’après-midi, ne laissaient rien voir de son visage.

Un garçon miqo’te aux cheveux bleus jouait avec un ballon sur la terrasse. Le ballon lui échappa des mains et rebondit hors de sa portée, dévalant les marches qui menaient au porche. Il continua sa route, rebondit, roula puis s’arrêta aux pieds de l’étranger. Le garçon vint se planter devant lui et leva son regard innocent aucunement altéré par le rouge sang de ses iris.

- Bonjourr, qui êtes-vous ?

L’étranger s’accroupit et baissa sa capuche, révélant de longues oreilles d’où pendaient de multiples boucles. Un sourire se dessina sur son visage au ton hâlé. Ses yeux, aux pupilles fendues caractéristiques des solaires, étaient aussi bleues que le ciel d’été.

- Bonsoir mon garrçon. Quel est ton nom et quel âge as-tu ?

- Je m’appelle Akash’a, j’ai 2 ans.

- Vraiment ? répondit l’étranger en lui caressant la tête. Tu rressembles beaucoup à ta mère.

- Vous connaissez mère ?

- Vois-tu mon garrçon…

Il fut interrompu par la porte du manoir qui s’ouvrit brutalement sur un mâle à l’air irrité. Le nouveau venu pointa un doigt vers lui.

- Pourrquoi es-tu là ? Tu n’es pas le bienvenu ici, L’ahno. Va-t’en !

- Mikh’to, quel plaisirr de te voir, lui répondit l’interpellé sarcastique.

Le solaire tendit le ballon au jeune Akash’a et se releva.

- Je suis venu voir Akash, est-elle là ?

- Je t’interdis de l’approcher !

La colère faisait briller les yeux de Mikh’to d’un éclat malsain. Les deux mâles se faisaient face, prêt à se jeter à la gorge l’un de l’autre tels des prédateurs se défiant pour le même territoire de chasse. La tension était palpable, électrique même.

- Mikh’to, gronda l’étranger, j’ai vaincu de nombrreux mâles pour défendre mon titre de Nunh. Tu ne fais pas le poids.

- Ça suffit !

Une femelle se tenait sur le pas de la porte. Les bras croisés et les sourcils froncés, tout son être transpirait l’autorité.  Au son de cette voix, les mâles s’étaient figés et la tension qui régnait entre eux quelques secondes auparavant s’était évaporée comme par enchantement.

- Mikh’to, emmène Akash’a et joue avec lui. Je dois parrrler à L’ahno.

- Akash, ma magnifique sirrène, tu n’as pas changé d’un poil. Tu es toujours aussi belle et ténébreuse.

La miqo’te posa un regard glacial sur lui puis se détourna et rentra dans le manoir. Il lui emboîta le pas mais il s’arrêta quelques instants au niveau de Mikh’to, qui tremblait de rage, pour murmurer.

- Je sais ce que tu es, si tu t’avises de toucher à ce qui m’apparrtient tu le regretteras amèrement.

- Tch !

L'ahno partit, le miqo’te  desserra les poings doucement et se calma quelque peu. Il jeta un coup d’œil par-dessus son épaule, il ne pouvait rien faire. Akash était celle qui commandait, sa parole était la loi dans cette famille. Il baissa le regard lorsqu’il sentit qu’une petite main tirait légèrement sur son pantalon.

- Tonton Mito, c’était qui ?

Il prit le garçon dans ses bras et lui ébouriffa les cheveux en riant.

- Mon petit coeurrl, si nous allions nous baigner dans le lac ? Je vais t’apprendre à nager.

- Oh oui tonton ! répondit le garçon avec enthousiasme.


Aksa

Episodes suivants :

De fourrure et d'écailles (épisode 2)

De fourrure et d'écailles (épisode 3)

De fourrure et d'écailles (épisode 4)

Le Manoir d'Aksa a fait peau neuve sur un nouveau site plus beau et avec plus de fonctionnalitées.

Tous les futurs articles et textes seront mis en ligne là-bas.

Rejoignez-moi et continuez à me suivre.