2016

Histoire effrayante

Mes compagnons et moi-même nous étions arrêtés pour la nuit dans une maison qui semblait abandonnée. Une épaisse couche de poussière recouvrait le sol et les meubles étaient recouverts de draps blancs.

La chaleur du Thanalan était étouffante et nous étions épuisés. Après un repas composé des vivres que nous avions emportés, nous choisîmes chacun une chambre et nous abandonnâmes au sommeil.

Je n’ai aucune idée de ce qui me réveilla cette nuit là. Un bruit, une odeur peut-être. Ce qui est sûr c’est qu’un mauvais pressentiment m’assaillit au moment où j’ouvrais les yeux. Je me levais et allait faire un tour de la maison mais je ne trouvais rien qui sorte de l’ordinaire. Vu que je n’avais plus sommeil, je décidais de m’installer dans un canapé pour lire un livre que j’avais trouvé sur l’une des étagères.

Au bout de quelques minutes, j’entendis une musique légère tinter dans le silence. Je me levais et suivis la mélodie jusqu’à la chambre que l’un de mes compagnons avait choisi. Je frappais à la porte, aucune réponse. Je l’appelais mais seule la musique me répondit.

J’entrouvris la porte et jetais un œil à l’intérieur. La mélodie provenait d’une boîte à musique posée sur la table de nuit, à côté d’une chandelle allumée. Je poussais le battant tandis qu’une odeur métallique me chatouillait les narines. La seule autre preuve que quelqu’un était venu ici était une énorme tache de sang sur le lit défait. Je m’approchais et posais la main dessus, il était encore frais.

La tête pleine de questions, j’arrêtais machinalement le mécanisme de la boîte. A ma grande surprise la musique ne cessa pas ou plutôt, j’entendis la même mélodie venir d’une autre pièce. Je poussais la porte de la deuxième chambre mais, comme dans la première, aucune traces de mon compagnon à part une tache de sang sur le lit et une boîte à musique.

J’arrêtais le mécanisme de cette dernière et mon sang se glaça dans mes veines. La musique venait à présent de ma propre chambre. Que se passait-il ? Qu’était-il advenu de mes compagnons ? Etais-je le prochain sur la liste ?

J’allais à pas de velours jusqu’à ma chambre, vérifiais rapidement qu’elle était vide et attrapais mes affaires. J’ignore pourquoi je pris la boîte à musique et la fourrais dans mon sac. Je sortis de la maison aussi vite que me l’autorisait la discrétion et, une fois dehors, je courus aussi vite que si j’avais un ahriman collé au train. Je n’accordais aucun regard par-dessus mon épaule, même lorsque j’entendis un rire sardonique provenir de là d’où je venais.

Arrivé à un coude de la route, je me cachais derrière un rocher et jetais un coup d’œil inquiet. Personne ne m’avait suivi et en fait… je ne voyais rien. Il n’y avait rien à l’endroit où la maison s’était tenue.

Je rentrais chez moi sans mes compagnons et avec cette mystérieuse boîte à musique. Parfois, j’écoute la mélodie pour me rappeler que je n’ai pas rêvé.


Aksa

De fourrure et d'écailles (épisode 4)

 

 

Pedocobo vous informe que cet épisode pourrait ne pas convenir aux âmes les plus sensibles.

 

Episode précédent :

De fourrure et d'écailles (prologue)

De fourrure et d'écailles (épisode 1)

De fourrure et d'écailles (épisode 2)

De fourrure et d'écailles (épisode 3)


 

Lire la suite

Que reste-t-il aux héros

Parodie de "Eagle when she flies", une chanson de Dolly Parton

 

 


 

 

Lire la suite

Journée de coton

Lire la suite

Confession d'un soldat

Parchemin trouvé dans un coffre enterré dans le Mor Dhona

 


 

Lire la suite

Encore et encore

Ceremonie lien eternel

Lire la suite

Je veux un héros

Lire la suite

Bomboforce go !

Lire la suite

Prière à Halone

Prière d'un soldat à Halone avant une bataille.

 


 

Lire la suite

Dragon war song

Version revue et mise à jour de Dragonsong.

 


 

Lire la suite

Le Manoir d'Aksa a fait peau neuve sur un nouveau site plus beau et avec plus de fonctionnalitées.

Tous les futurs articles et textes seront mis en ligne là-bas.

Rejoignez-moi et continuez à me suivre.