Une rencontre inattendue (épopée 3.0)

 

 

Quel genre de plan pouvait fonctionner pour attirer Bismarck ? Ce fut Cid qui eut l’idée géniale : nous allions partir à la pêche au gros. Une île appétissante et des harpons-grappins, voilà ce qu’il nous fallait. Aussitôt suggérée, aussitôt mise en œuvre. Tandis que Cid et son équipe s’occupaient de modifier l’entreprise, nous allâmes voir le chef des Zundu pour lui demander de nous fournir une île convenable.

Le chef des Zundu fut des plus compréhensif et, porteur de cette bonne nouvelle, nous pûmes aller retrouver Cid. Lorsque tout le matériel fut en place sur l’île nous nous mîmes en route. L’Entreprise la remorquait comme un ver sur son hameçon et le primordial ne mit pas longtemps à nous repérer. Bizarrement il n’était pas venu seul et nous dûmes affronter des vundus avant même d’avoir la possibilité d’ajuster la mire des harpons. Le climat ne semblait pas non plus être de notre côté, le vent en rafales et la pluie se succédèrent, manquant de nous faire tomber de notre frêle plateforme.

Malgré tout, il ne fallut rien de plus qu’atteindre le cœur du primordial après avoir fait sauter sa carapace pour en venir à bout. Epuisés par un combat dans un élément qui n’était pas le nôtre, nous nous préparâmes à retourner à bord de l’Entreprise, la clé d’Azys Lla en main. Mais cela était sans compter sur nos ennemis.

Nous n’étions plus de taille à résister à l’Archevêque Thordan VII et à l’ascien qui l’accompagnait. Nous n’avions plus la force nécessaire pour garder en main cette clé qu’ils convoitaient tant. Ils nous prirent la clé, se moquant de notre impuissance et partirent en nous laissant en vie. Quelle humiliation ! Nous ne pûmes que les regarder s’éloigner alors même que la clé leur montrait le chemin vers le lieu légendaire.

Mais une autre mauvaise surprise nous attendait au village des Zundu, une troupe de garlemaldais avait capturé les pauvres vanu vanus. Très vite repérés, Alphinaud et moi eûmes un échange des plus intéressants avec Varis vos Galvus, le nouvel empereur. Ils recherchaient eux aussi Azys Lla pour s’approprier la technologie allagoise qui permettait d’asservir les primordiaux. Bien sûr, cela ne correspondait pas à la vision d’Alphinaud.

Comme nous n’arrivions pas à nous entendre, l’empereur décida d’exécuter leurs otages barbares. Impuissants, nous allions assister à la scène lorsque Lucia vint sauver la situation dans une armure magitek immaculée. L’empereur et son général décidèrent alors d’abandonner le village Zundu et de continuer leur quête, non sans avoir promis de nous revoir dans le futur.

Nous devions nous aussi nous remettre en route, le Soleil était probablement déjà arrivé à destination. Grâce aux calculs de Wedge nous savions dans quelle direction suivre la piste de notre proie. Cela nous mena au-dessus des nuages, vers un ensemble d’îles flottant grâce à la technologie allagoise. Nous avions enfin atteint notre destination ! A part que l’entreprise heurta brusquement un champ d’énergie qui nous empêcha d’aller plus loin. Pourquoi donc fallait-il que les allagois prennent toujours un millier de précautions pour tout ce qu’ils faisaient ?!

Notre but était là devant nous mais nous étions incapables de l’atteindre. L’aéronef avait subi des avaries lorsqu’il avait heurté le champ de force et nous fûmes obligés de rentrer à Ishgard pour le réparer et préparer notre prochaine approche.

Sans la clé, Cid émit l’idée qu’il nous faudrait une sorte de bélier pour percer le champ de force éthéréen. En ce temps de crise, nous avions tant besoin des connaissances des Héritiers. Où étaient-ils donc ? C’est là que le Comte de Fortemps nous apprit que Tataru avait trouvé des indices sur l’endroit où se trouvait l’un d’entre eux. La première bonne nouvelle de la journée.

Tandis que Cid s’attelait aux lourdes modifications à apporter à l’Entreprise, financées en intégralité par Sire Aymeric, Alphinaud et moi allâmes retrouver notre amie au Chevalier Oublié. Impatients d’apprendre les informations qu’elle avait réussi à glaner. Tataru, que ferions-nous sans elle ?


Aksa

Le Manoir d'Aksa a fait peau neuve sur un nouveau site plus beau et avec plus de fonctionnalitées.

Tous les futurs articles et textes seront mis en ligne là-bas.

Rejoignez-moi et continuez à me suivre.