Les développeurs

 

 

Les festivités des feux de la mort battaient leur plein et je décidais d’aller assister aux feux d’artifices en hommage des victimes du 7ème Fléau à Ul’dah.

A peine arrivé au Puits qu’une lalafelle, Lala Nonura, m’aborda paniquée. Selon elle, des insectes mécaniques appelés « bugs » tentaient d’envahir le thanalan. Je ne pouvais pas laisser ces créatures perturber la commémoration et piétiner la mémoire de nos disparus. Je sautais sur Golgoth et partis en toute hâte, accompagné par le ménestrel errant qui se trouvait là lui aussi. Nous repoussâmes les vagues d’insectes mécaniques, non sans effort. Lorsque le calme fut revenu, je ramassais une sorte de boulon qui semblait émettre des sons.

De retour à Ul’dah, je montrais le boulon étrange au ménestrel. Il remarqua de suite que des lettres apparaissaient en rythme avec la mélodie et il m’envoya voir un traducteur de ses amis, puis un écrivain et un ingénieur.

Après avoir couru dans toute la ville, nous comprîmes enfin ce qu’il se passait. Ce boulon faisait partie d’un dispositif, de l’ancien empire allagois, permettant de produire en masse des armes mécaniques. Pour le neutraliser, il suffisait de jouer une mélodie spécifique près de l’un de ces « bugs ». Cela stoppa l’invasion mais la localisation de cette machine resta un mystère. Il ne restait plus qu’à espérer que ces insectes ne reviendraient pas.

Le ménestrel était tellement heureux qu’il décida de jouer une ode en l’honneur des âmes créatives qui égayaient le quotidien des habitants d’Eorzéa. Je ne sais pas pourquoi mais j’ai eu une brusque envie de le frapper avec un marteau et de l’attacher à un arbre, allez savoir.

 

 

Je secouais la tête pour chasser ces pensées mais je sentis mon esprit s’évader et sombrer dans les ténèbres. Qu’avait-il encore fait ?! Quand j’ouvris les yeux, je vis que je me trouvais dans un endroit qui ressemblait un peu au refuge des roches, mis à part que de nombreux bureaux et paravents se trouvaient de part et d’autre de la pièce.

Un hyurois s’approcha de moi et me salua. Il avait un nom domien, Na… Naoki… Yoshida. Selon ses dires, je me trouvais dans une sorte de dimension parallèle qui s’appelait la « salle des développeurs » et les gens qui se trouvaient ici travaillaient pour le bien d’Eorzéa. Il m’invita à venir lui parler dans son bureau après avoir fait le tour des lieux et parler à tout le monde. Ils étaient apparemment impatients de me rencontrer.

Je flânais au milieu des bureaux, regardant les affiches accrochées un peu partout. L’équipe de Naoki avait tous des noms domiens et semblaient particulièrement affairés. Ils parlaient de « joueurs », de « mises à jour », d’ « expérience ludique », de « satisfaire tous nos désirs » et d’un tas d’autres choses que je ne comprenais pas.

Je fus surpris d’entendre un balai magique dire que nous, les miqo’tes, mangions des lalafels ! Mais je crois que ce qui me choqua le plus fut de voir Gémellia en personne. Ai-je bien entendu, ils veulent lui doubler sa vie ? Mais qui sont ces gens ?! Le dragon ne semblait pas hostile alors je m’éloignais.

 

 

J’ouvris les portes du bureau de Naoki. Une grande table flanquée de nombreuses chaises me séparaient de lui et de la personne avec qui il semblait discuter. Des maquettes d’aéronef trônaient à ma droite. Je contournais la table par la gauche, longeant des panneaux couverts de nouvelles affiches. Je les observais et sursautais lorsqu’une poupée de guerrier de la lumière sembla apparaître brusquement à mon côté, sur la table. Probablement mon imagination, elle devait être là depuis le début et je ne l’avais tout simplement pas remarqué.

 

 

Des affiches en particulier attirèrent mon attention. C’était des dessins très réalistes de Cid, de Minfilia et des jumeaux. Quelle précision dans les traits ! L’artiste avait parfaitement réussi à capturer leur personnalité. Derrière, deux personnes parlaient de rajouter des meubles ou des mascottes lors d’une « mise à jour ». Mais qu’est-ce donc qu’une mise à jour ?!

Secouant la tête, je me tournais enfin vers mon hôte domien. Il semblait avoir toutes les peines du monde à se débarrasser de l’étreinte d’un élézen qui le dépassait d’une bonne tête. Il me lança un regard reconnaissant lorsque je le saluais et me demanda de le suivre.

Nous revînmes dans la salle principale et toute l’équipe des « développeurs » vint m’acclamer. Naoki fit un discours qui m’était incompréhensible. Je fus néanmoins chaleureusement remercié pour mon soutien et mes exploits. Cela faisait plaisir à entendre même si je restais grandement perplexe car ses mots tournaient dans ma tête, en une tentative d’ordonner ce charabia.

 

L’heure est venue pour cette vision de prendre fin.

Vous allez bientôt ouvrir vos yeux et sortir de ce rêve éveillé.

Vous pouvez être sûr que nous continuerons à veiller sur vous, toujours au premier rang pour assister à vos exploits, Guerrier de la Lumière.

 

 

 

Quoi ? Non, attendez ! J’ai l’impression que vous avez dit quelque chose de totalement scandaleux. Je ne comprends pas. Qui êtes-vous ? Etes-vous des dieux ou des asciens ? Comment avez-vous pu détruire le monde ? Votre orgueil a-t-il provoqué le 7ème Fléau ? Jouez-vous à un jeu avec nos vies ? Et qu’est-ce que les culottes arachne de soigneur viennent faire dans cette histoire ? Dites-moi, j’ai besoin de savoir ! J’ai tellement de questions à vous poser !

Un sourire et une main tendue furent ma seule réponse.

Les ténèbres m’enveloppèrent de nouveau et lorsque je rouvris les yeux j’étais de retour à Ul’dah. Je racontais ce que j’avais vu à Lala et au ménestrel mais ils ne furent pas d’une grande aide. A ce moment-là, les feux d’artifice éclatèrent au-dessus de nos têtes.

 

Prenons un moment pour nous recueillir

et raviver le souvenir de toutes les vies qui se sont éteintes trop vite.

Pour ne pas revivre les tragédies passées, il est important de ne jamais les oublier.

 

 

 

Avais-je tout simplement rêvé ? Quelques jours plus tard je sus que cela n’avait pas été le cas. Devant moi se tenait l’élézen que j’avais vu aux côtés de Naoki. Il s’appelait Kai Torla et il se rappelait être allé là-bas lui aussi. En fait, beaucoup d’aventuriers avaient eu la même vision que nous. Les rumeurs allaient bon train sur cette « salle des développeurs » et sur Kai aussi car ils étaient nombreux à l’avoir vu. Mais cette dimension nous était désormais fermée. Peut-être ses portes se rouvriront-elles l’année prochaine ? Prions pour que ce soit le cas.


Aksa

 

 

Un grand merci à Naoki Yoshida, son équipe et à toutes les personnes qui ont participées à créer et développer le monde de Final Fantasy XIV. Merci du fond du cœur. Sans vous je n’aurais probablement pas recommencé à écrire comme je le fais maintenant.

 

Le Manoir d'Aksa a fait peau neuve sur un nouveau site plus beau et avec plus de fonctionnalitées.

Tous les futurs articles et textes seront mis en ligne là-bas.

Rejoignez-moi et continuez à me suivre.