L'extraction (épopée 3.0)

 

 

Tataru avait une terrible nouvelle à nous annoncer…Le général Raubahn Aldynn allait être exécuté pour crime contre le sultanat. Le choc fut grand pour nous. Raubahn exécuté ? Non, nous ne pouvions pas le laisser mourir sans rien faire.

Alphinaud nous enjoint à garder notre calme. Nous ne pouvions pas foncer à Ul’dah tête baissée, nous avions d’abord besoin de renseignements sur la situation là-bas avant de décider de nos mouvements. C’est là qu’il me demanda de l’accompagner à Limsa Lominsa pour parler à l’amirale Merlwyb. Il avait gardé contact avec elle après notre fuite d’Ul’dah et elle était restée notre alliée.

Arrivés à la cité maritime, nous fûmes introduits dans le salon de l’amirale. Elle nous apprit que, bizarrement, la mort de la sultane n’avait pas encore été annoncée. Que pouvait bien mijoter le seigneur Lolorito ? Mais l’heure n’était pas aux conjectures, d’après les ninjas domiens, Raubahn avait été transféré par les Braves du Cristal dans un endroit inconnu en vue de son exécution.

Nous prîmes contact avec Higiri au Glas des Revenants. Elle avait réussi à s’échapper lors du fiasco du banquet et se sentait toujours redevable envers les Héritiers. Elle ferait une alliée de poids pour cette opération. Notre investigation nous mena dans le thanalan oriental où Yuyuhase et son unité avaient été vus se dirigeant vers Halatali.

Arrivés sur les lieux, Houzan nous appris que ce traître d’Ilberd y était entré peu de temps avant. Nous étions donc au bon endroit. Maintenant que nous avions confirmé où les Braves avaient caché Raubahn nous devions faire vite, chaque seconde d’hésitation accroissait la possibilité qu’Ilberd fasse du mal au général.

Nous allions nous lancer lorsque nous eûmes la surprise de voir Yugiri nous rejoindre. Nous progressâmes dans Halatali sans heurts, l’endroit était mystérieusement désert, bien trop désert.

Nous finîmes par trouver Raubahn enchaîner à un dispositif magitek. Nous cherchions un moyen de le libérer lorsque Yuyuhase apparut et nous enferma avec un rire sardonique, puis des gaz empoisonnés envahirent la pièce. Ce maudit lalafel voulait se débarrasser de nous sans se salir les mains !

Le temps nous était compté avant l’asphyxie et nous avions tellement de choses à faire. Défoncer la porte, combattre les monstres attirés par les gaz, trouver la source des gaz et la désactiver, récupérer la clef des chaînes.

Raubahn enfin libéré se fut Ilberd, accompagné de Yuyuhase, qui arriva. Il nous cracha de nouveau sa haine au visage. S’ensuivit un combat plein de rage à l’issu duquel il n’y eut ni vainqueur ni vaincu. Les traîtres s’enfuirent dans un flash de lumière et nous nous occupâmes d’un Raubahn avec le moral au plus bas. Mais la nouvelle que la sultane était peut-être toujours en vie lui redonna toute les forces dont il avait besoin.

A la sortie nous retrouvâmes Houzan qui nous annonça avec fierté que tous les Braves du Cristal avaient été arrêtés mais qu’il n’avait vu ni Ilberd ni Yuyuhase. Par les Douze ! Ces deux-là sont aussi glissants que des anguilles.

Un messager apparut et nous apprit que sa maîtresse et Urianger nous attendait au Refuge des sables. Après vérification avec ce dernier nous nous mîmes en route. Urianger nous accueillit avec son habituel flegme, accompagné de Pipin, de Padashan et de Dulala, la chef de l’Ordre de Naldthal !

Pour le plus grand bonheur du général, Dulala nous confirma que la sultane était en vie, quelque part. Teledji Adeledji aurait comploté seul et le seigneur Lolorito, l’ayant appris, aurait fait remplacer le poison par une puissante drogue. Il avait ainsi laissé le général Aldynn s’occuper de son rival pour lui.

Mais nous n’eûmes pas trop le temps de nous pencher sur la question du « pourquoi » ni du « comment ». Alphinaud avait reçu un appel par linkperle et nous dûmes repartir pour Ishgard en toute hâte.


Aksa

Le Manoir d'Aksa a fait peau neuve sur un nouveau site plus beau et avec plus de fonctionnalitées.

Tous les futurs articles et textes seront mis en ligne là-bas.

Rejoignez-moi et continuez à me suivre.