En mémoire de Moenbryda (épopée 2.x)

 

 

La première fois que j'ai vu Moenbryda c'était lors de son arrivée à Mor Dhona. Elle venait directement de Sharlayan nous aider à comprendre comment fonctionne les éthérites. Très belle  et avec un caractère chaleureux, elle me toisait de deux bonnes têtes.

A peine arrivée au Refuge des roches elle se jeta dans les bras de Urianger ou plutôt elle le prit dans ses bras et le souleva du sol. Il avait beau être un élézen ses pieds ne touchaient clairement plus terre. Je fus rejeté avant même de lui avoir parlé mais son amour pour Urianger était tellement évident et inconditionnel qu'il en était magnifique.

Elle avait amenée avec elle une auralithe blanche qui devait nous aider à piéger l'âme des asciens. Elle avait une théorie fascinante qui reposait sur le principe qu'on pouvait réanimer le flux éthéré entre deux éthérites, dont l'une avait été détruite, en l'inondant avec assez d'éther. Bien sûr à partir du moment que le flux éthéré ne s'était pas complètement étiolé. Et c'est là que l'auralithe blanche pouvait nous aider.. Par contre, ce procédé était extrêmement risqué mais si Minfilia avait confiance en elle je pouvais remettre ma vie entre ses belles mains.

Après maints périples nous finîmes par trouver l'éthérite qu'avait utilisé Coeur-de-Glace et l'harmonisation fut un succès. Malgré cela nous arrivâmes trop tard et Coeur-de-Glace invoqua Shiva dans son propre corps, une chose que nous ne savions même pas réalisable. Shiva fut vaincu mais de ce fait souleva de nouvelles questions.

Moenbryda repris alors ses recherches sur l'auralithe blanche. Le problème était que même si l'auralithe pouvait emmagasiné de grandes quantités d'éther elle ne pouvait les garder que peu de temps. Avec Urianger, elle parvint à découvrir qu'on pouvait détruire l'âme d'un ascien en le frappant avec un éclat d'éther pur aussi appelé lame éthérée. Mais les caractéristiques que devait posséder cet éclat nous étaient encore inconnues.

Elle émit l'hypothèse que nous pourrions puiser l'éther qu'il nous faudrait pour cette opération dans les cristaux d'éther disséminés un peu partout dans Eorzea grâce à un extracteur d'éther qu'elle avait fabriquée.

Nous étions en train de tester ce fameux extracteur dans le thanalan septentrional lorsque Nabriales, un ascien que nous ne connaissions pas, est venu étaler le mépris qu'il éprouvait pour moi. Malheureusement, il sentit que le pouvoir de la lumière que m'avait confié Hydaelyn avait été scellé et décida d'aller s'emparer de Tupsimati, le bâton de Louisoix symbôle des Héritiers de la 7ème Aube. D'après lui, s'emparer de cet objet lui permettrait d'obtenir les faveurs de Zodiarche.

Lorsque nous arrivâmes au refuge des roches Nabriales était déjà sur place. Moenbryda fut blessé par une décharge d'éther corrompu an attaquant l'ascien. Ce dernier enleva Minfilia et le bâton sans que nous puissions faire quoi que se soit et je les suivis avant que la faille qu'il avait ouverte ne se referme. Le combat contre Nabriales fut terrible mais je parvins à le repousser et Minfilia et moi retournâmes au Refuge des Roches.

L'âme de l'ascien s'éleva du corps s'en vit qu'il avait possédé mais grâce à la présence d'esprit de Moenbryda et de Minfilia nous parvinmes à l'emprisonné dans l'auralithe blanche. Je me servis alors de Tupsimati pour concentrer l'éther et la projeter sur l'auralithe mais l'éther rassemblé était insuffisant et Nabriales menaçait de se libérer de l'auralithe. Il nous manquait de l'éther et Moenbryda décida de se sacrifier pour nous sauver la vie. Grâce à son sacrifice nous réussîmes à détruire l'âme de lascien... mais à quel prix?

 

Ce jour là nous avons perdu une amie chère, une érudite accomplie et une guerrière farouche. Reposes en paix Moenbryda, nous n'oublierons jamais ton sacrifice. Nous continuerons tes travaux et nous débarasserons des asciens qui menacent les habitants d'Eorzea.


Aksa

Le Manoir d'Aksa a fait peau neuve sur un nouveau site plus beau et avec plus de fonctionnalitées.

Tous les futurs articles et textes seront mis en ligne là-bas.

Rejoignez-moi et continuez à me suivre.