2015

Le dîner

Un couple insolite sortit de l’ascenseur qui menait à l’aérodrome de Limsa Lominsa.

- Allez Kest, dépêches-toi ! On va êtrre en retard.

- Tu n’avais pas réservé pour 19h ? On a bien 10 minutes d’avance.

- Mais j’ai une surprrise pour toi d’abord.

Les yeux de l’ao ra s’éclairèrent en voyant Aksa si joyeux. Le miqo’te avait décidé de réserver une table au Bismarck, le très fameux restaurant de Limsa, pour fêter leur mariage qui approchait à grands pas. Quelle surprise avait-il donc prévu ?

Arrivés à l’entrée du restaurant, le maître d’hôtel les accueillit.

- Bonsoir, bienvenue au Bismarck. En quoi puis-je vous aider ?

- Nous avons rréservé une table au nom de Aksa Dia.

- En effet. L’un de vos invités est déjà arrivé. C’est la table à gauche là-bas.

- Merrci beaucoup.

- Passez une agréable soirée, leur fit le maître d’hôtel alors qu’Aksa s’éloignait en tirant Kest à sa suite.

Ils arrivèrent près de la table qui leur avait été indiquée et Kest vit qu’une miqo’te aux longs cheveux noirs y était déjà assise. La robe à la mode limséenne qu’elle portait laissait voir ses épaules, dont la peau était aussi grise que celle d’Aksa.

Elle tourna la tête vers eux et ses yeux argentés brillèrent sous le masque qui lui recouvrait entièrement le visage. Sa main délicate ôta le masque qui révéla des traits fins que venait embellir un sourire lumineux.

- Grand-frèrrre !

La miqo’te se leva et se jeta au cou d’Aksa en l’embrassant sur la joue. Aksa, quant à lui, enlaça sa taille fine et la serra contre lui.

- Tu n’as pas trrop attendu j’espère ?

- Je viens juste d’arrriver.

Aksa la relacha et se tourna vers Kest.

- Menphi, je voudrrais te présenter Kest. Je tenais vrraiment à ce que vous vous rencontrriez avant notre mariage.

Menphi tourna la tête vers l’ao ra qui crut voir une ombre y passer. Son imagination sans doute. Il s’inclina pour la saluer et la miqo’te lui répondit avec un grand sourire.

- Kest, continua son compagnon, voici Menphi, ma petite sœurr. Je t’ai déjà dit que je voulais que nous habitions tous ensemble.

- Je m’en rappelle bien sûr. Ta famille est ma famille mon cœur.

- Asseyons-nous maintenant.

Aksa reçu un appel par linkperle juste à ce moment là.

- Vous deux, faites connaissances pendant que je rrègle ça, dit-il en s’éloignant.

En bon gentleman, Kest voulu tenir la chaise de Menphi mais celle-ci s’était déjà installée avant qu’il puisse réagir. Il s’assit à son tour et chercha un sujet pour commencer la conversation.

- Alorrrs tu es ce fameux Kest. Mon grand-frère m’a beaucoup parrrlé de toi.

L’ao ra, surpris, regarda la miqo’te. Le sourire qui avait illuminé son visage s’était évanoui, remplacé par un regard glacial.

- Euh… oui, fit-il en rougissant.

- Je peux voirrr au premier coup d’œil ce qui l’attire chez toi. Mais…

Elle le toisa du regard.

- …. tu n’as vraiment rien en commun avec Lui.

Kest ouvrit la bouche pour parler mais il l’a referma, à court de mots pour exprimer le choc dans lequel il était. Menphi agita une main devant elle comme pour rejeter les objections qu’il n’avait pas formulées.

- Je te rassurrre tout de suite, je n’ai aucunement l’intention de perrrturber votre mariage. Mon souhait le plus cherrr est que mon frère soit heureux. Il n’a aucun secrrret pour moi et il m’a tout raconté sur toi.

Elle posa la tête sur ses mains et le fixa. Cela faisait ressortir la marque qu’elle avait sur le front, la même qui, chez Aksa, était d’habitude cachée par ses cheveux. Kest rougit de plus belle.

- Vous allez vous marrrier… mais n’espère pas une seule seconde que nous formerrrons une famille toi et moi.

Elle jeta un coup d’œil par-dessus l’épaule de l'ao ra, se redressa et afficha de nouveau le sourire qu’elle avait quelques minutes plus tôt.

- Nous n’avons jamais eu cette converrrsation.

Kest sentit un frisson lui parcourir l’échine. Malgré le sourire de la miqo’te, il pouvait sentir dans ses os la menace qui planait sur ces paroles.

Aksa vint s’asseoir avec eux en s’excusant. Le reste de la soirée se déroula sans incident. Aksa et Menphi devisèrent joyeusement mais Kest n’entendit rien.


Menphi

Tribunal, duel et chocobo (épopée 3.0)

 

 

Nous étions à peine revenus au manoir de la maison Fortemps qu’une terrible nouvelle nous parvint. Tataru et Alphinaud avaient été arrêté par Sire Grinnaux, un chevalier de l’azur, pour suspicion d’hérésie. Cette histoire était ridicule, leur seul délit avait été de chercher des informations à la taverne du Chevalier Oublié.

Sachant qu’à Ishgard l’hérésie est un crime punissable par la mort, je partis immédiatement à l’Ordre du Temple parler à Sire Aymeric. Là, je retrouvais Sire Haurchefant. Tous les deux m’informèrent que les chevaliers de l’azur ne répondaient qu’à l’Archevêque en personne et même Sire Aymeric n’avait aucune autorité sur eux. Notre seule alternative était alors qu’Alphinaud et Tataru invoquent leur droit à un procès par combat.

Le procès par combat consiste à décider du jugement par un combat entre les plaignants et les accusés. Il est dit qu’à cette occasion Halone, déesse de la guerre et protectrice d’Ishgard, accordera la victoire aux justes.

Tataru n’ayant aucune notion en combat, elle eut le droit de nommer un champion pour la représenter et défendre son honneur. Bien entendu, son champion fut votre serviteur.

Les procès par combat étant une tradition ishgardaise, une arène était aménagée dans le tribunal du Saint-Office pour ce genre d’occasion. Je suppose que c’est pour que l’opération se déroule sous l’œil impartial des juges. Le combat contre Sire Grinnaux et son acolyte ne fut pas de tout repos mais nous réussîmes à en sortir vainqueur. Alphinaud et Tataru furent ainsi lavés de tout soupçon d’hérésie.

Pendant que Sire Aymeric réglait les dernières paperasses, je rejoignis Sire Haurchefant, qui devait grandement s’inquiéter, pour lui faire part de la bonne nouvelle. Il fut vraiment ému par ma démarche et je crus un instant qu’il allait me prendre dans ses bras mais il n’en fit rien. A la place, pour fêter ma victoire, il me présenta un chocobo au plumage noir qui ressemblait beaucoup à celui que j’avais utilisé pour aller au Nid du faucon.

Il m’avoua qu’il avait lui-même entraîné ce chocobo à voler dès son plus jeune âge. Il souleva les plumes du poitrail et m’invita à tâter les muscles puissants de l’animal, en m’assurant qu’il lui avait fait suivre son « entraînement spécial ». En effet, c’était un oiseau magnifique et je ne doutais pas un seul instant qu’il serait capable de me porter jusqu’aux plus hauts sommets.

Ce chocobo était l’un des plus beaux cadeaux que l’on m’ait jamais fait. J’assurais à Haurchefant que je prendrais le plus grand soin de lui et, emporté par l’émotion, c’est moi qui le serrait dans mes bras. Nous nous séparâmes un peu gêné et repartîmes au manoir familial afin de mettre le Comte au courant de la bonne nouvelle.


Aksa

Don Juan et la baleine (épopée 3.0)

 

 

Après avoir aidé Artoirel, je partis avec son frère cadet, Emmanellain. Nous utilisâmes un aéronef pour nous rendre au camp de Cime-des-nuages. Je fus véritablement émerveillé par la région dans laquelle se trouve ce camp. Elle se compose d’îles flottant haut dans le ciel grâce à… et bien en fait je ne sais pas comment elles font pour flotter mais c’est vraiment impressionnant.

Lorsque nous arrivâmes au camp, un grand aéronef était déjà arrimé. Il s’agissait du Protecteur, il avait subi des avaries lors de la dernière attaque des dravaniens et était actuellement en réparation. Avec un tel engin il est possible d’abattre un dragon de bonne taille.

Nous allâmes saluer Dame Laniaitte. Elle me remercia chaleureusement d’avoir sauvé son frère lors du complot qui visait à discréditer la maison Haillenarte en les faisant accuser d’hérésie. Cette affaire était déjà assez vieille mais elle n’avait pas eu l’occasion de venir me voir avant. Je me rappelle que c’est à cette époque que j’ai rencontré Sire Haurchefant pour la première fois.

J’assistais alors à la navrante scène d’Emmanellain essayant vainement de séduire Dame Laniaitte. Ce garçon a sérieusement besoin de revoir sa technique. Peut-être devrais-je lui donner quelques conseils de mon cru… A tout bien réfléchir, non, le chantier est bien trop gros.

Elle finit par lui confier une tâche que même lui était capable d’accomplir, scruter le ciel à la recherche de dragons.

N’ayant plus le jeune élézen dans les pattes, nous pûmes enfin discuter de ce qu’elle attendait de moi et, finalement, mes missions furent vite expédiées. Au bout de plusieurs heures, Emmanellain lassé de scruter le ciel, demanda à Dame Laniaitte de lui confier une tâche à la hauteur de ses compétences. Contre toute attente, elle accéda à sa requête en nous chargeant d’aller chercher des cristaux de source.

Ces cristaux sont la seule véritable source d’eau potable sur ces îles flottantes et donc sont des objets indispensables à la colonie. Investit de cette importante mission et le moral au plus haut, Emmanellain me proposa de faire un concours de celui qui ramènerait le plus gros cristal. Je n’étais pas vraiment intéressé par cette compétition mais si cela pouvait le pousser à faire de son mieux, pourquoi pas.

Je revins vers Honoroit, page d’Emmanellain et juge improvisé de notre compétition, avec un cristal de bonne taille pour m’entendre dire que son maître n’était pas revenu. Mais où donc cet idiot avait-il bien pu aller ? Comme pour confirmer mes pires craintes, il m’apprit peu de temps plus tard qu’il avait été enlevé par des vanu vanus, une tribu barbare vivant ici dans l’Ecume des Cieux d’Abalathia.

Je chargeais Honoroit d’aller chercher des renforts et je partis sans plus tarder. Je m’infiltrais avec succès et trouvais Emmanellain ligoté et mort de peur. Aussitôt libéré, le jeune élézen fila aussi vite que si Bahamut lui-même était à ses trousses… ce qui attira l’attention de tous les vanus à proximité. Comment ai-je pu croire une seule seconde qu’il savait se défendre ? Je devrais en toucher deux mots à son grand frère, il se fera un plaisir de lui faire partager son entrainement spécial.

La chance était tout de même de notre côté car Sire Haurchefant arriva avec des renforts pour nous aider à nous enfuir. Malgré les soldats, nous crûmes que s’en était fini de nous lorsque nous fûmes acculés au bord de l’île flottante. L’Entreprise et Cid surgit à ce moment-là et nous sauva la mise face à une immense baleine géante volante. Un primordial d’après Haurchefant.

De retour à Cime-des-nuages, Emmanellain tenta de s’attirer les faveurs de Dame Laniaitte en se faisant passer pour un héros mais elle ne se laissa pas impressionner et le renvoya à Ishgard… Ishgard où il se fit fortement sermonner par le Comte.


Aksa

Bouc émissaire (épisode 3)

Episodes précédents :

Bouc émissaire (épisode 1)

Bouc émissaire (épisode 2)


- Où est-elle ?

Aksa, perplexe, fixa Jehan d’un regard vide. Les yeux de ce dernier s’étrécirent.

- Où est-elle ?! répéta-t-il plus fort.

- De qui parlez-vous ?

- Logan...

Le capitaine fit un geste à l’intention du hyurois qui avait abordé Aksa. Il s’approcha de ce dernier et le frappa au visage d’un direct du droit. Lorsqu’Aksa releva de nouveau la tête, du sang avait coulé à la commissure de ses lèvres.

Jehan reprit alors.

- Où est Jarla ? Où est ma femme ?

Aksa serra les dents.

- Je ne connais perrsonne de ce nom là.

Jehan se leva brusquement et cria.

- N’essaies pas de me mener en bateau ! Je sais parfaitement ce que tu as fait avec ma femme pendant que j’avais le dos tourné !

Aksa lécha le sang sur ses lèvres d’un air narquois.

- Oh, vous voulez dirre que vous étiez là lorsque nous avons fait l’amourr comme des bêtes ?

Le poing de Logan s’abattit de nouveau sur le visage du miqo’te, avec plus de force cette fois-ci.

- Comment oses-tu parler de la femme du capitaine de cette façon !

Rouge de colère, il frappa de nouveau le miqo’te à plusieurs reprises et quelques gouttes de sang éclaboussèrent le sol.

- Ça suffit Logan, fit Jehan en se rasseyant lentement. Vois-tu mon petit « guerrier », Jarla est à moi et je tuerai tous ceux qui oseront poser la main sur elle.

- Vous êtes malade… Jarla n’est pas un objet à mettrre en vitrine.

- Où est-elle ?

- Je … ne sais pas.

- Je vois qu’il faut lui rafraichir la mémoire, fit Jehan un sourire mauvais aux lèvres. Occupez-vous de lui mais évitez le visage, il faut qu’il puisse répondre à mes questions.

Probablement rien n’aurait pu préparer Aksa à la suite des événements. Il reçut de violents coups dans le ventre et les côtes, l’empêchant de reprendre son souffle. Au bout d’un moment, les deux roegadyns le jetèrent au sol et il fut roué de coups de pieds. Sa tête était épargnée mais tout le reste de son corps n’était plus que douleur. Il cracha du sang à plusieurs reprises avant que le capitaine ne se décide à parler.

- Ça suffit, arrêtez.

Un dernier coup de pied atteignit Aksa à l’épaule. Une violente douleur explosa à l'endroit de l'impact et son bras retomba sans vie près de lui. Le hyurgothe regarda alors le miqo’te se recroqueviller à ses pieds avec contentement. Il se pencha vers lui.

- Si tu me dis où est ma femme je te laisserai la vie sauve.

- Même si je le savais… jamais je ne le dirrai à…une ordure dans votre genre.

- Comme tu voudras... vermine!


Aksa

Episodes suivants :

Bouc émissaire (épisode 4)

Bouc émissaire (épisode 5)

Le Nid du faucon (épopée 3.0)

 

 

Pour nous aider à gagner la confiance des ishgardais, le comte de Fortemps nous a proposé d’aider ses deux fils, Artoirel et Emmanellain, dans les tâches qu’il leur avait confiées. Alors qu’Emmanellain semblait se réjouir de cette aide inopinée, Artoirel fut véritablement indigné que son père ne lui fasse pas assez confiance.

Je partis tout d’abord avec Artoirel au Nid du faucon. Je pensais que nous allions nous diriger vers l’aérodrome pour prendre un aéronef mais à ma grande surprise nous nous dirigeâmes vers les écuries et louâmes des chocobos. Je faillis vider les étriers lorsque le chocobo que j’avais monté s’éleva au-dessus du sol. J’avais déjà entendu dire que certains chocobo pouvaient voler mais je n’avais encore jamais eu l’occasion d’en voir un de mes propres yeux.

Le voyage jusqu’au Nid du faucon fut vraiment magique, le vent ébouriffait mes cheveux et les gens loin en bas avaient la taille d’insectes. Le sentiment de liberté que je ressentis était tellement addictif que je ne vis pas le temps passer. Je fus presque déçu d’arriver à destination.

Les maisons Durendaire et Dzemael avaient pour mission de reconstruire le Nid du faucon qui avait été abandonné lors du Fléau. Nous leur proposâmes notre aide et je m’attelais immédiatement aux diverses tâches qui me furent confiées.

Le travail avançait bien lorsque nous reçûmes une nouvelle inquiétante. Nous étions sans nouvelles d’une équipe de reconnaissance qui était à la recherche d’hérétiques. Artoirel et moi-même partîmes aussitôt sur leurs traces. Nous arrivâmes juste à temps pour sauver la vie d’un chevalier encerclé par un groupe d’hérétiques. Après nous être débarrassé d’eux, le chevalier blessé nous apprit, hélas, qu’il était le dernier survivant du groupe que nous cherchions.

Après une concertation rapide, nous décidâmes qu’Artoirel aiderait le chevalier à rejoindre le Nid du faucon, tandis que je partirais sur la piste d’un hérétique qui était partit vers leur base secrète. Avant de partir, Artoirel me lança un regard que je ne compris pas sur le moment.

Je remettais mes questions à plus tard et parti en chasse. La piste de l’hérétique me mena jusqu'au sous-sol d’une ferme abandonnée où m’attendait un sympathique comité d’accueil. Quelques étirements plus tard et les éléments perturbateurs éliminés, je me tournais vers leur chef, Cœur-de-Glace. Grâce à l’intervention inopinée de Midgardsormr je pus apprendre qu’elle aussi possédait le pouvoir de l’écho.

Son pouvoir lui avait montré ce qui était à l’origine de la guerre millénaire du chant du dragon et c’est ce savoir qui l’avait porté dans ses actions. Mais elle n’avait pas voulu que des innocents payent le prix des fautes de leurs ancêtres. Comme nous, tout ce qu’elle voulait c’était que cette guerre éternelle prenne fin. Peut-être pourrons-nous enfin parvenir à un accord avec elle… l’avenir nous le dira.

Touché par ses paroles je la laissais partir avant qu’Artoirel ne revienne avec des renforts.

Notre mission au Nid du faucon terminée nous repartîmes pour Ishgard à dos de chocobo volant. Je crois bien que je ne me lasserai jamais de cette sensation de liberté absolue.

Arrivés au manoir familial, Artoirel m’avoua qu’il avait espéré que je périsse aux mains des hérétiques mais qu’il avait désormais reconnu ma valeur. Il s’excusa avec révérence et me dit qu’il comprenait désormais pourquoi Haurchefant, son demi-frère, faisait autant d’éloges sur moi.

Je me rappelle avoir eu un sourire gêné en me demandant ce que mon ami avait bien pu leur raconter.


Aksa

Arrivée à Ishgard (épopée 3.0)

 

 

La météo avait décidé de ne pas être de notre côté ce jour-là. Le blizzard nous a accompagné jusqu’aux portes de la Sainte Cité. Mauvais présage ? Peut-être pas. L’avenir n’est pas écrit et quoi qu’il puisse arriver nous sommes les seuls à pouvoir y faire quelque chose.

Les portes d’Ishgard se sont ouvertes pour nous laisser passer, non sans attirer les regards suspicieux des sentinelles. Aussitôt entrés dans la ville, nous avons pu constater que l’attaque des dravaniens avait laissé des stigmates un peu partout. Combien y avait-il eu d’innocents morts ou blessés ? Un seul est déjà inacceptable.

Comme Sire Haurchefant nous l’avait promis, le comte Edmont de Fortemps a réservé un accueil chaleureux à Alphinaud, Tataru et moi. J’aurais aimé pouvoir venir avec les autres héritiers mais malheureusement nous sommes sans nouvelles d’eux depuis l’incident d’Ul’dah. J’ai toujours ce pincement au cœur quand j’y pense.

Mais l’heure n’est pas à la nostalgie et je sais que dame Yugiri fait son possible pour les retrouver. Nous avons repoussé les dragons une première fois aux portes d’Ishgard même, mais nous savons qu’ils reviendront.

En attendant, nous devons nous familiariser avec la cité et ses habitants. A cette fin, le comte nous a proposé d’utiliser son manoir comme base d’opération. J’ai bien peur que nous n’ayons jamais assez de mots pour exprimer toute notre reconnaissance envers lui.


Aksa

Préparation pour Ishgard

- Grrrand frrrère, je veux venirrr avec toi !

Aksa arrêta de remplir son sac et se tourna vers sa sœur.

- Menphi, je ne peux pas t’emmener avec moi cette fois, c’est trrop dangerreux.

- Mais grrrand frrrère…

Aksa attrapa sa sœur par les épaules.

- Nous en avons déjà parrlé. Je vais à la Sainte Cité d’Ishgard, ils sont en guerrre contre les drragons. Je ne pourrai pas te prrotéger convenablement.

Il caressa la joue de la jeune miqo’te et la regarda avec un sourire triste.

- Menphi, je ne sais pas ce que je ferrais s’il t’arrivait quelque chose.

- Aksa, tu as prrromis de ne jamais me quitter. Et si tu ne rrrevenais pas ?

- Aucun rrisque. Les drragons sont ma spécialité et puis je ne serrai pas seul, mes amis viennent avec moi.

Menphi passa les bras autour de la taille d’Aksa et se serra fort contre lui.

- Grrrand frrrère j’ai peurrr.

Aksa lui caressa les cheveux.

- Ne t’en fais pas, je rreviendrais très vite. En plus, comment pourrrais-je te laisser seule ? Tu m’es bien plus prrécieuse que ma prropre vie.

Il lui redressa la tête et la regarda dans les yeux.

- Nous pourrrons communiquer par linkperrle aussi souvent que tu le voudras, d’accorrd ?

Menphi acquiesça.

- D’accorrrd


Aksa

Au revoir les MDT

Nous sommes des créatures sociales, nous avons besoin d’interagir les uns avec les autres autant que nous avons besoin d’être seuls.

Nous parlons la même langue et pourtant nous ne nous comprenons pas. Nous prononçons les mêmes mots et les mêmes phrases mais tout joue pour que nous ne donnions pas le même sens à ces phrases que notre interlocuteur. Le ton de la voix, le langage du corps, la culture, l’humeur du moment, l’éducation, n’en sont que quelques exemples.

Parfois… ou souvent… ce que nous disons ou faisons est compris complètement de travers. C’est alors que les gens en face de nous se mettent en colère sans que l’on sache pourquoi. Sommes-nous pour autant vierge de toute faute ?

L’incompréhension est, et a toujours été, une faute partagée par toutes les parties. Si tout le monde ne fait pas l’effort nécessaire l’incompréhension mène à la peur et à la colère qui mène alors à la destruction.

Je me rends compte que j’ai contribué d’une certaine façon à entretenir une atmosphère délétère dans la compagnie. Je tiens à m’en excuser auprès de vous. J’ai ainsi décidé de quitter la compagnie J’espère que mon départ fera revenir cette joie qui était omniprésente dans la maison.

Je laisse derrière moi des personnes que j’aime beaucoup et une partie de mon cœur qui restera à jamais Maître du Temps.


Aksa

L'avertissement

Aksa profitait d’un moment de repos au Perchoir, l’auberge de Gridania, une chope à la main tandis que le brouhaha des autres clients le berçait doucement.

Derrière lui, un groupe de hyurs qui discutaient bruyamment se détachait du lot. L’un d’entre eux se vantait de pouvoir séduire n’importe quelle fille.

La porte de l’auberge s’ouvrit et des exclamations s’élevèrent dans le dos d’Aksa.

- Woha regarde cette jolie miqo’te, je te parie qu’elle sera dans mon lit ce soir.

- Attends, la jeune miqo’te qui vient d’entrer ? Ecoute mec ce n’est pas une bonne idée.

- Mais non ne t’inquiètes pas, je la ferai crier comme les autres.

- Parle moins fort !... J’espère qu’il ne nous a pas entendus.

Aksa se retourna vers l’entrée de l’auberge pour voir qui avait bien pu provoquer cet émoi. Il n’eut que le temps de rattraper celle qui s’était jeté à son cou.

- Grand frrrère je suis revenu ! Tu m’as attendu longtemps ?

- Non je viens à peine d’arrriver, dit-il en la serrant dans ses bras.

Il porta son regard dans le dos de sa sœur. Le hyur qui se vantait une minute auparavant les regardait l’air dépité.

- Menphi, va m’attendrre dans ta chambrre, j’ai une petite chose à rrégler.

- Bien sûrrr, ne bois pas trop, d’accorrrd ?

- Je fini ma chope et j’arrrive, prromis.

Menphi déposa un baiser sur la joue d’Aksa puis se dirigea vers les chambres. Lorsqu’elle eut passé la porte qui y menait il se retourna vers le hyur et lui sourit. Il se releva et, toujours souriant, s’approcha de lui.

- Bonjourr l’ami, le salua-t-il.

Aksa posa sa main à la base du cou du hyur et il appuya nonchalamment ses griffes contre la peau de ce dernier. Il se rapprocha encore et murmura afin qu’il soit le seul à entendre.

- Si tu touches à ma sœurr, je te couperrai les orreilles et la queue et je te les ferai manger en salade. Puis je te brriserrai tous les os un parr un, je t’écorrcherrai vif et je te laisserrai brrûler au soleil.

Le miqo’te relâcha sa prise et fit un magnifique sourire au hyur qui avait soudainement pâli. Une perle de sang était apparue là où l’une de ses griffes avait percée la peau.

- Oh je t’ai grriffé, toutes mes excuses vrraiment.

Il recueillit le sang du doigt et le lécha avant de faire un petit signe d’adieu.

- Au plaisirr de te rrevoirr.

Le hyur tremblant se laissa retomber sur sa chaise.

- Qui… qui est ce miqo’te ?

- Tu veux dire que tu ne connais pas Aksa Dia ? Il est très connu ici à Gridania. La fille qui te plaisait est sa sœur.

- Tu es dans le pétrin, je ne voudrais pas être à ta place.


Aksa

 

Vacances

En ce moment la maison des Maîtres du Temps semble vide. Beaucoup de membres ont des choses à faire et ils sont rentrés chez eux temporairement, le temps de régler leurs affaires.

Cela faisait longtemps que je n’avais pas pu profiter de ce calme et de cette sérénité. Quel bonheur de pouvoir profiter du jardin tranquillement, mettre les pieds sur la table et lézarder au soleil. De temps en temps, Kest, Amy, Miku et moi allons faire un tour sur la plage pour nous amuser.

J’en profite aussi pour entraîner un peu Golgoth, mon chocobo. Je le fais courir sur le sable et lui fait combattre quelques goobues.

Aaaaah comme c’est bon les vacances.


Aksa

Le lalafel et le gluant

 

 

La première fois que j’ai rencontré Lagunal Fingerfrost je me suis dit : « Qu’est-ce que c’est que cette chose ? » Tout ce que je voyais c’était un roi gluant avec un corps humanoïde, une merveille de la nature.

Après avoir pris le temps de l’examiner avec plus de soin je me rendis compte qu’en fait c’était un lalafel qui avait un roi gluant sur la tête. Le gluant était vivant et semblait avoir en partie fusionné avec la tête de Lagunal. Un parfait exemple de symbiose entre une espèce intelligente (?) et un monstre.

Des connections nerveuses se sont faites entre le cerveau de Lagunal et le roi gluant, ce qui lui permet ainsi de réfléchir plus rapidement que la moyenne des lalafels. Avoir un cerveau annexe a ses avantages mais aussi ses inconvénients. Lagunal semble hermétique à certains concepts basiques comme par exemple la vie privée et l’intimité.

De plus, il a des « pratiques » assez divergentes. J’ai vu des lalafels mignons, courageux, diaboliques, habiles… mais celui-là est juste pervers et fait preuve d’un voyeurisme certain. Il est d’ailleurs fortement conseillé de surveiller ses arrières lorsqu’il est dans les parages.

Est-ce dû à l’influence du roi gluant sur sa tête où était-ce déjà une part de sa personnalité ? Nous ne connaîtrons probablement jamais la réponse à cette question.

Il lui est déjà arrivé d’ôter le gluant pour de très courtes périodes et j’ai ainsi pu voir qu’il a une bande de cheveux blancs là où les connections nerveuses se sont faites avec ce dernier. Il serait intéressant de voir combien de temps ils peuvent être séparés.

Au final, Lagunal éveille en moi deux sentiments différents. Tout d’abord de la curiosité pour cette symbiose des plus bizarres et ensuite du dégoût pour cette perversité maladive.


Aksa

Bouc émissaire (épisode 2)

Episode précédent :

Bouc émissaire (épisode 1)


Aksa entrouvrit les yeux et les referma aussitôt. La lumière ambiante l’avait aveuglé et lui avait fait prendre conscience de la migraine qui battait ses tempes. Migraine qui lui fit émettre un gémissement à peine audible.

A travers la douleur qui enserrait sa tête, le miqo’te prit peu à peu conscience de son corps. Il était allongé sur le côté sur un sol dur et froid. Sa fraicheur se diffusait dans son crâne douloureux et il remercia les dieux pour ce bienfait.

Cela lui permit de clarifier ses idées, il se rappelait vaguement avoir un peu trop bu dans la soirée. Qu’avait-il fait ensuite ? Ah oui un hyurois l’avait interpellé et… le reste n’était qu’un grand trou noir.

La position d’Aksa était assez inconfortable, il voulut bouger mais fut stoppé dans son élan. Ses mains étaient attachées dans son dos. Cette fois il ouvrit grand les yeux. Où était-il ? Un sol et un mur de pierres nues, une table de travail avec une chaise. Voilà tout ce qu’il pouvait voir de là où il était.

Il essayait vainement de se tourner lorsqu’une voix grave lui parvint de derrière lui.

- On dirait que notre invité s’est réveillé. Redressez-le.

Des mains le saisirent par les bras et le soulevèrent comme s’il ne pesait rien. Le brusque mouvement ne fit qu’empirer la douleur provoquée par le sang qui battait ses tempes et il laissa échapper un cri. Face à lui, un hyurgothe en habits de capitaine le toisait.

- Alors voici le fameux héro de la lumière.

Il releva la tête d’Aksa pour le regarder de plus près. Ce dernier lui lança un regard mauvais.

- Qui êtes-vous ?... Que me voulez-vous ?

- Hm, je n’aime pas ces yeux, dit le hyurgothe en fronçant les sourcils.

Sans prévenir, son poing vint s’enfoncer dans l’estomac du miqo’te. Tout l’air contenu dans ses poumons fut expulsé et il lutta pendant quelques secondes pour retrouver son souffle.

- C’est mieux. Ne me regardes plus jamais de cette façon, je ne serai pas aussi clément la prochaine fois.

Il s’assit dans un fauteuil.

- Regardes-moi.

L’un des roegadyns qui le tenait attrapa Aksa par les cheveux et l’obligea à lever la tête. Les yeux du hyurgothe le transperçaient.

- Je m’appelle Jehan Mörderwal. Tu as peut-être entendu parler de moi, je possède plusieurs bateaux.

- Jamais... entendu parrler.

- Je vois…

Jehan croisa les bras l’ai contrarié.


Aksa

Episodes suivants :

Bouc émissaire (épisode 3)

Bouc émissaire (épisode 4)

Bouc émissaire (épisode 5)

Réunion chez les Alphas

 

 

L’autre jour je me suis dit : « Tiens, si j’allais rendre visite à mes amis qui sont chez les Alphas ? » Comme cela faisait longtemps que je ne les avais pas vu j'ai pris donc mes affaires et je partis pour Ul’dah.

Quelle ne fut pas ma surprise de constater que la maison était vide. D’habitude il y avait toujours quelqu’un mais là personne, ni au rez-de-chaussée ni à l’étage et aucune réponse à mes appels. Mais où avaient-ils bien pu tous aller ?

Par acquis de conscience je décidais d’aller voir au sous-sol. Je m’arrêtais sur le palier. Toute la compagnie était rassemblée là et écoutait parler Deathangel dans un silence presque religieux. Ils avaient donc une réunion, ceci expliquait cela.

Je m’asseyais sur les marches de l’escalier et les observais tranquillement. Les mots de leur chef ne me parvenaient que faiblement, trop faiblement pour que je puisse saisir le sens de ses phrases. De temps en temps, quelqu’un posait une question mais de la même manière je ne parvenais qu’à saisir 2 ou 3 mots.

Une pensée me traversa brusquement l’esprit et je scrutais de nouveau les personnes présentes. Non Sekhmeth n’était pas là. Avait-elle un sixième sens qui lui permettait de m’éviter ? A chaque fois que je venais elle n’était pas là.

Finalement, quelqu’un plus proche de moi se leva et me pointa du doigt.

- Qui est ce miqo’te ? Je ne l’ai jamais vu dans la compagnie. Est-il là pour nous espionner ?

Tous les regards se tournèrent vers moi et je fis un petit signe de la main, gêné.

- Euh salut, ne faites pas attention à moi, continuez, je ne voulais pas vous dérranger.

- Aksa, m’interpella DA, ne reste pas dans ton coin et viens donc t’asseoir avec nous.

- Comme je l’ai dit je ne veux pas vous dérranger.

- Quelle bêtise me sors-tu là ? Tu es toujours le bienvenu dans notre maison.

Après quelques secondes d’hésitations je finis par aller m’asseoir à leur table et DA reprit alors.

- Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, je vous présente Aksa Dia un très bon ami.

Plusieurs dizaines de paires d’yeux me fixèrent. DA poursuivit.

- Je vous demande de lui faire bon accueil lorsqu’il nous rend visite.

Plusieurs personnes acquiescèrent de bonne grâce. Voyant cela il reprit le fil de la réunion. Entre autres choses ils discutèrent de la construction d’un aéronef, des attentes des membres et de l’intensification des sorties dans les donjons.

A la fin de celle-ci les membres de la compagnie se dispersèrent en devisant joyeusement. Une lalafelle s’approcha de moi.

- Aksa, cela fait plaisir de te voir. Tu devrais venir à la maison plus souvent.

- Bonjourr Osiris, je sais bien mais tu sais à quel point je suis occupé avec les Maîtrres du Temps.

Osiris hocha la tête.

- Oui, rien n’est simple en ce bas monde.

Elle me prit la main et me tira à sa suite.

- Viens, je vais te présenter aux membres de la compagnie que tu ne connais pas.

Je passais ainsi le reste de la journée à me faire trimballer dans toute la maison et à discuter avec de nouvelles personnes.


Aksa

Mariage de Droo et Xelfee

.

Cette semaine nous avons eu un événement heureux… Non, aucune de nos femelles n’a accouchée, merci de vous en inquiéter. Je veux parler du mariage de Droo et de Xelfee, l’un des couples emblématiques de la compagnie.

Ces deux miqo’tes ont enfin uni leur destin sous l’égide du prêtre mog et devant toutes les personnes présentes dont votre serviteur faisait partie.

Nous avons ainsi pu les voir s’envoler durant la cérémonie et s’embrasser. C’était vraiment très romantique. Quand je pense quand je serai bientôt à leur place avec la personne que j’aime, ça me fait rêver.

.

.

D’un autre côté, je me dois de signaler le comportement d’une certaine personne, Ely Suzaku pour ne pas le nommer. Il s’est mis à jouer avec un lalafel alors que nous étions dans la salle d’attente juste avant la cérémonie et le pire c'est que le lala en question semblait apprécier. La scène était trop choquante donc pour préserver les plus sensibles d’entre vous j’ai recadré la photo suivante.

Ely, arrête de jouer avec les lalafels et trouve-toi quelqu’un de ta taille s’il-te-plaît.

.

.

Pour finir, je voudrais faire une mention spéciale à la belle Rubis Rosa qui était invité. Une si jolie fleur est venue à la cérémonie sans cavalier. Je ne sais pas ce que vous foutez là dehors mais  jetez un œil à cette photo. N’est-elle pas magnifique ? Si vous le pensez aussi ne la laissez pas toute seule.

.


Aksa

Je suis fatigué

Je suis fatigué, mes jambes ont du mal à me porter.

Les combats se sont intensifiés ces dernières semaines, que ce soit contre des ennemis bien visibles comme les dragons ou contre d’autres plus insidieux et cachés.

J’ai tué de nombreux monstres, affronté des primordiaux, plongé mon arme dans le sang de mes ennemis et, honte sur moi, fuis devant des ennemis trop nombreux et trop vicieux.

Je suis rentré chez moi fourbu, épuisé par les batailles incessantes, les vêtements déchirés et le corps recouvert de blessures que je n’avais même pas pris la peine de panser.

Je suis las de ces conflits. J’ai besoin de raccrocher ma lance pendant quelques jours et de me reposer. Un temps béni durant lequel je ne penserai plus à rien, je pourrai oublier le tumulte.

J’ai peur de ne pas arriver à mener mes projets à bien, à protéger les gens que j’aime. J’ai peur de m’écrouler devant une chimère et de me faire tuer par elle, bêtement.

Je refuse de mourir, il y a trop de choses que je dois faire, des personnes que je dois voir. Mon cœur me dit de ne pas abandonner mais mon âme, elle, refuse d’avancer plus avant. Si je continue dans cette voie seules les ténèbres m’attendent et c’est hors de question.

Juste quelques jours, une semaine, deux peut-être…


Aksa

Une jeune élémentaliste

Menphi serra sa baguette dans ses mains. Le temps des hésitations était passé et elle s’était entraînée en secret spécialement pour ce moment. Rassemblant tout son courage elle poussa la porte.

- Bonjour, soyez la bienvenue au Temple de la sérénité, siège de la guilde des élémentalistes.

Une élézenne, derrière un comptoir sur sa droite, l’avait interpellée. Elle continua.

- Si vous cherchez à vous initier à la magie élémentaire, vous êtes au bon endroit.

- Bonjourrr, répondit la miqo’te, je souhaiterrrais en effet faire parrrtie de la guilde.

- Très bien. Pourrais-je avoir votre nom ?

- Je m'apelle Menphi Dia.

- Avant d’être admise officiellement, vous devrez d’abord vous présenter à notre maître de guilde, c’est lui qui décidera si vous pouvez nous rejoindre ou non. Je m’occupe de le prévenir de votre venue, donnez-moi une minute.

L’élézenne laissa Menphi et se dirigea vers l’intérieur du temple. Elle revint un peu plus tard.

- Voilà, j’ai prévenu le maître de guilde de votre venue. Vous le trouverez au fond du Temple de la sérénité. Présentez-vous et faites-lui part de votre désir de rejoindre nos rangs.

La miqo’te s’inclina.

- Merrrci beaucoup, j’y vais de ce pas.

Menphi se détourna et emprunta un pont, un peu plus loin elle arriva devant un jeune homme à l’allure distinguée. Elle regarda les cornes qui ornaient le haut de sa tête avec de grands yeux. C’était la première fois qu’elle voyait un padjal en chair et en os. Il l’aperçu et se tourna vers elle.

- Enchanté de faire votre connaissance, je suis E-Sumi-yan, guide spirituel de la guilde des élémentalistes.

- Maîtrrre, répondit la miqo’te, je me nomme Menphi Dia et je souhaite approfondirrr mes connaissances de la magie élémentairrre.

- Fort bien. La chose la plus importante à savoir est que l’élémentalisme est une force qui se partage.

E-Sumi-yan observa Menphi d’un air bienveillant.

- Mais dites-moi, continua-t-il, pourquoi souhaitez-vous étudier l’élémentalisme ?

- Je veux pouvoirrr venir en aide à mon frèrrre, il se met toujours dans des situations dangerrreuses.

La détermination se lisait sur le visage de la miqo’te. Le maître de la guilde réfléchit un instant.

- Hm… Dia, ce nom ne m’est pas inconnu… Comment s’appelle votre frère ?

- Aksa, il se nomme Aksa Dia.

- Je vois… Je connais très bien votre frère, il nous est venu en aide à de nombreuses reprises.

Il s’éclaircit la gorge et reprit.

- Sœur, en vertu du pouvoir qui m’est conféré, je vous déclare membre de la guilde des élémentalistes.

Il tendit un bâton à Menphi.

- J’aimerais également vous offrir cette arme en guise de bienvenue. Cette canne n’est plus toute neuve, mais elle reste utilisable malgré tout, faites-en bon usage.

Lorsque Menphi prit la canne dans ses mains elle sentit une nouvelle énergie la parcourir. Elle la serra alors contre elle, savourant cette sensation. E-Sumi-yan lui mit une main sur l’épaule.

- Revenez me voir demain, j’aurai une mission pour vous.

La miqo’te s’inclina de nouveau devant le maître de la guilde puis elle quitta le Temple de la sérénité. Une fois à l’air libre elle courut jusqu’à l’auberge et arrivée dans sa chambre elle laissa éclater sa joie. Enfin ! Elle était enfin une élémentaliste. A présent elle savait que rien ne pourrait l’empêcher d’accomplir les choses dont elle rêvait.


Menphi

La fin d'un titan (Coil of Bahamut T13)

.

.

Mon équipe et moi-même avons affrontés de nombreux dangers et tués de nombreux monstres avant d’arriver finalement à la dernière nef de confinement. Le dernier obstacle. Lorsque nous essayâmes de l’éteindre nous eûmes la surprise de voir que Bahamut réagissait à notre présence.

Grâce à sa rencontre avec son grand-père, Alisaie trouva enfin la résolution de combattre le primordial. Grâce à son soutien et à celui d’Alphinaud nous partîmes détruire son cœur. Bien sûr cela ne pouvait être aussi facile et nous fûmes obligé d’affronter une « mini » version de Bahamut. Je dis « mini » mais il nous toisait d’une bonne dizaine de mètres.

Un combat féroce s’ensuivit duquel personne ne sortit indemne. Bahamut est finalement tombé sous nos coups répétés ou plutôt nous avons empêché qu’il ne se relève.

Malgré les combats acharnés personne ne saura jamais ce qu’il s’est passé réellement. L’histoire gardera en mémoire la chute du primordial et oubliera les sacrifices fait dans ce but.

Mais comme le ciel est clair ici dans le thanalan septentrional après les heures passées dans les tréfonds.


Aksa

Le jardinier

 

 

 

Vous êtes vous déjà demandé pourquoi  certaines personnes aiment jardiner ? D’aucuns vous diront que c’est reposant, que vous pouvez vous vider l’esprit et oublier vos soucis, d’autres que ça les aident à passer le temps. Ce que j’aime moi c’est parler à mes plantes, je leur dit qu’elles sont belles et je les encourage à pousser. Bien sûr elles ne me répondent jamais… quoi que, parfois on peut avoir des surprises.

Il m’est arrivé assez souvent d’obtenir des pousses ou des graines qui m’étaient totalement inconnues. D’où venaient-elles ? Mystère. Après m’être penché sur le sujet j’ai remarqué que les graines inconnues que j’obtenais avaient un rapport avec ce que j’avais planté. Une même combinaison de plantes donnait souvent les mêmes graines.

J’ai ainsi obtenu des graines assez rares qui m’ont bien servies par la suite. Mais je crois que la chose la plus insolite que j’ai vu c’est lorsque le gang des légumes a poussé dans le potager de la compagnie libre. Moi qui pensais ne plus jamais les revoir. Ils ont l’air de s’être attachés à moi et me suivent partout maintenant.

Même si ils font quelques bêtises ils m’aident à prendre soin de mes plantes. Des plantes qui font pousser des plantes... Je crois que je vais aller me coucher moi.


Aksa

Bouc émissaire (épisode 1)

Les étoiles ponctuaient les ténèbres de cette belle nuit et la lune éclairait la ville de Limsa Lominsa d'une douce lueur. Aksa, une bouteille à la main, profitait de la vue de la ville endormie appuyé sur une balustrade. Il leva la bouteille, pris une grande lampée du liquide ambré puis s'essuya la bouche d'un revers du bras.

- Aaah, fit-il d'un air rêveur, faudrra que je remerchi l'équipage du Nanamo pour... chet... ekchellent rrrhum !

Le miqo'te tendit le bras et brailla.

- Longue vie à la chultane !

- Hey vous là ! Êtes-vous celui qu'on appelle Aksa Dia ?

Dans les méandres de son cerveau embrumé Aksa mit quelques secondes avant de comprendre qu'on s'adressait à lui. Il se retourna et s'accouda à la balustrade pour voir qu’un jeune hyurois s'approchait suivi de deux roegadyns à la mine patibulaire.

- Ouaich mon pote.

Il se frappa le torse et fit une révérence maladroite.

- Le cheul, le grrand, l'unique Aksha Dia à ton cherrviche.

Le petit groupe s'arrêta devant le miqo'te.

- Connaissez-vous Jarla Butler ?

Perplexe, Aksa réfléchit quelques instants.

- Che nom ne me dit rrien.

- C'est la femme du capitaine Jehan Mörderwal.

Le visage du miqo'te s'éclaircit brusquement.

- Ooooh, vous voulez parrler de chette jolie rouche. Hmm, hmm ... Lala ! Oui, elle ch'appelle Lala. T'as des vues chur elle? T'as bon goût mon gars.

A peine Aksa avait-il terminé sa phrase qu'un énorme poing s'écrasa sur sa tempe gauche. Le choc lui fit perdre connaissance instantanément et il s'effondra au ralentit tandis que la bouteille s'échappait de sa main et roulait en déversant son contenu.

Le hyurois poussa le corps inconscient du miqo’te avec le pied.

- C'est donc cela le fameux guerrier de la lumière ? Il n'a pourtant rien de spécial. Ramassez-le nous devons l'apporter au patron.

Aksa fut soulevé comme un sac et posé sur l'épaule d'un des deux roegadyns. Puis la nuit avala le petit groupe qui partit vers les quais.


Aksa

Episodes suivants :

Bouc émissaire (épisode 2)

Bouc émissaire (épisode 3)

Bouc émissaire (épisode 4)

Bouc émissaire (épisode 5)

Wanted (side épopée 2.x)

.

.

Ces individus sont recherchés, entre autres, pour

- Haute trahison

- Régicide

- Meurtre

- Abus de biens sociaux

- Abus de pouvoir

- Détournement de fonds publics

- Chantage

Le commanditaire désire les avoir vivant si possible ou mort si vous n'avez pas le choix.

Ces individus sont dangereux, armés et gardés de près. Nous vous conseillons la plus grande prudence avant de les approcher.

Le Manoir d'Aksa a fait peau neuve sur un nouveau site plus beau et avec plus de fonctionnalitées.

Tous les futurs articles et textes seront mis en ligne là-bas.

Rejoignez-moi et continuez à me suivre.